Centre de Formation à la Thérapie de Famille a.s.b.l.

Cycle de Conférences 2016-2017

samedi 24 septembre 2016 par Melen marc

Elargir la perspective pour voir dans les maladies, même celles dites « mentales », autre chose que le fonctionnement d’instances intrapsychiques ou la signature de structures de personnalité est au cœur de la démarche systémique depuis sa fondation dans les années cinquante. Dans un premier temps l’approche systémique a élargi le champ de vision et amené à prendre en compte l’incidence éventuelle de facteurs contextuels dans l’émergence des maladies mentales. Comme les approches intrapsychiques, la systémique est d’abord restée dans une épistémologie « causaliste » selon laquelle à un effet doit correspondre une cause. Cette première époque à certes conduit à des conceptualisations théorico-cliniques majeures comme celles relatives au double-bind (Bateson) en tant que facteur causal principal de la schizophrénie. Au fil du temps et des élaborations du paradigme systémique, cette première approche est cependant apparue insuffisante : passer de la mère schizophrénogène à la la famille shizophrénogène n’apportait finalement qu’un changement d’échelle mais ne permettait pas de saisir plus globalement le phénomène.

Progressivement a émergé le point de vue selon lequel la maladie peut être à la fois un problème et une solution, c’est-à-dire que la maladie, tout en constituant un problème peut être vue comme la solution qu’un système familial a « trouvé » pour s’adapter à d’autres problèmes sous-jacents. Ensemble de symptômes dûment répertoriés, la maladie toute entière devenait alors à son tour un symptôme de problèmes plus enfouis, d’où les notions comme celle du patient désigné. Ce nouveau paradigme a permis de sortir de la vision causaliste et culpabilisante.

Par ailleurs, une causalité circulaire a fini par prévaloir : plutôt que de chercher la cause de la maladie, il importe de voir en quoi les adaptations liées à la maladie constituent de nouvelles contraintes amenant à chercher de nouvelles adaptations plus ou moins heureuses. Causes et conséquences, problèmes et solutions, deviennent dans cette perspective des concepts à portée limitée.

La maladie, sous toutes ses formes (somatique, psychosomatique, psychique) a généralement un impact considérable sur le fonctionnement familial. Elle appelle, en effet, des réorganisations importantes en vue d’assurer l’adaptation du système familial. La maladie peut devenir un attracteur, au sens de la théorie du chaos. C’est-à-dire qu’elle devient un organisateur tellement puissant qu’elle conditionne le fonctionnement familial. La théorie du chaos propose différentes formes d’attracteurs dont certains permettent aux systèmes de manifester une forme de souplesse. Force est de constater cependant que la maladie devient souvent un attracteur pesant qui fait entrer la famille dans des modes de fonctionnement rigides, voire stéréotypés. La maladie prend alors des allures d’attracteur ponctuel : la famille semble toujours ramenée inexorablement au même point. L’inertie l’emporte.

C’est à une réflexion sur l’incidence de la maladie sur le fonctionnement familial que nous vous convions cette année avec les différents orateurs invités. Rien n’étant plus pratique qu’une bonne théorie, pour citer le psychologue social Kurt Lewin, la conceptualisation théorique s’inscrira dans la pratique clinique. Les orateurs, tous cliniciens, acteurs de terrain, veilleront en effet à ne pas dissocier la clinique et la théorie. Nos conférences, n’étant pas organisées sur le mode de « quelques minutes d’exposé-quelques questions et puis s’en va », l’assistance est appelée à participer activement à la construction du savoir par la sollicitation de sa propre expérience clinique.

Nous avons voulu aborder la question de l’impact de la maladie d’une manière large, c’est-à-dire de ne pas nous limiter aux seules maladies mentales. Ainsi, le cycle débutera le 25 octobre 2016 avec une conférence du Dr Vannotti (Université de Lausanne), un psychiatre qui n’a pas oublié sa première spécialisation de médecine interne et qui s’est dès lors penché sur l’incidence des maladies somatiques, en particulier des maladies chroniques, sur le fonctionnement familial, dans une perspective phénoménologique et anthropologique.

Isabelle Neirynck et Marc Melen, tous deux formateurs au CFTF, se pencheront pour leur part le 6 décembre 2016 sur les inévitables réorganisations familiales liées aux maladies accompagnant régulièrement le vieillissement. Les affres du vieillissement viennent en effet souvent interroger la mythique familial (à propos de l’autonomie, de la responsabilité, de la culpabilité, etc.), mais aussi les rapports de loyauté vis-a-vis des parents vieillissants et vis-à-vis des autres membres de la fratrie. Les réorganisations familiales portent donc la trace de ces enjeux.

Naturellement, la réflexion concernera aussi sur la maladie mentale, avec Cathy Caulier (ULB), d’une part et Robert Pauzé (Université Laval, Québec), d’autre part. La première, dans une conférence programmée le 14 mars 2017, nous proposera de réfléchir à la souffrance des enfants de parents présentant une souffrance psychique. Le caractère silencieux de cette souffrance semble alors faire partie des adaptations commandées par la maladie psychique : souffrir en silence pour ne pas faire davantage de vagues. Généreuse mais dommageable contribution à l’effort familial.

Robert Pauzé achèvera le cycle de conférences le 29 mai 2017 avec une journée consacrée à l’anorexie mentale. Fort d’une expérience clinique de plus de trente ans en matière d’anorexie mentale et d’une approche volontiers teintée de pragmatisme, Robert Pauzé a accumulé et analysé des données empiriques qui lui permettent de nous proposer une synthèse des éléments qui s’avèrent actifs dans l’abord de ces questions. L’emploi du terme « actifs » plutôt qu’ « efficaces » n’est pas anodin car il montre le souci de ne pas devenir, de manière réductionniste, prescripteur de moyens censés être des « solutions » que les familles n’auraient plus qu’à appliquer mais plutôt d’inviter à trouver avec eux des éléments porteurs d’une nouvelle dynamique.


Documents joints

24 septembre 2016
Document : PDF
1.1 Mo

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques | visites : 353807

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Journées Conférences  Suivre la vie du site Présentation du cycle de conférences   ?

Site réalisé avec SPIP 2.0.7 + AHUNTSIC

Creative Commons License